Conseils utiles

Que devais-tu faire pour devenir un chevalier? Comment devenir chevalier au moyen âge

L'idée classique d'un chevalier est un soldat qui combat à cheval avec les ennemis de son seigneur féodal et de son roi, en respectant les principes de la chevalerie. On pense que la chevalerie est originaire de l'ordre des chevaliers du Saint-Sépulcre. La photo actuelle du chevalier nous est parvenue du «Chant de Roland» et d’autres légendes sur Charles le Grand et ses paladins, venus de France en Angleterre lors de la conquête normande de l’Angleterre en 1066. Historiquement, seule une classe distincte de personnes pouvait devenir un chevalier, mais au cours du siècle dernier, plusieurs manières nouvelles sont devenues un chevalier.

L'émergence du domaine

Même dans la Rome antique, les sociétés constituaient une couche de la société. Cela se traduit par des coureurs. Le domaine a une position privilégiée. Mais l’influence des huns nomades dans le processus de la grande migration des peuples a été la principale influence sur l’émergence de la chevalerie. C'était aux IV-VII siècles. Les nomades avaient des armes lourdes et de longues épées, ils devinrent le prototype de l'image du chevalier, qui finit par se répandre dans toute l'Europe médiévale.

En France, à l'époque de l'attaque des Arabes, les troupes à pied des paysans libres ont prévalu, elles ne pouvaient pas repousser les envahisseurs. Karl Martell a commencé à distribuer des églises et des terres de la couronne à des personnes libres, mais sans terre, pour une utilisation temporaire ou illimitée. En retour, ils lui fournissaient leurs services équestres.

À partir du VIIIe siècle, les relations vassales ont commencé à s'étendre, les personnes au service du maître ont dû lui prêter allégeance.

En Allemagne, à partir du XIe siècle, un domaine spécial fut formé - les dynstmanns. Ces personnes dans leur position étaient plus élevées que les habitants et les villageois libres, mais plus basses que les chevaliers libres. Contrairement à ces derniers, les dinstmanns ne pouvaient pas quitter le service de leur propre chef.

En France, la chevalerie était l’un des signes distinctifs d’une naissance noble, bien que des citoyens parfois non libres bénéficiant d’un lot de terres aient réussi à pénétrer dans le domaine. Ces personnes appartenaient à la basse noblesse.

Dans l'Angleterre médiévale, seul le roi pouvait chevalier, mais le fait de posséder la terre était suffisant pour attribuer le titre. L'origine était d'importance secondaire.

Éducation chevaleresque

Pour réussir à devenir chevalier, il vous faut une formation réussie aux vertus. Élever un guerrier d'un garçon a commencé à l'âge de 7 ans et s'est terminé à 21 ans. Si un jeune homme réussissait à faire office de page, d'écuyer et de faire face à toutes les épreuves qui lui étaient offertes, le seigneur le faisait chevalier.

Un membre de l'ordre devait avoir une parfaite maîtrise de l'escrime et de l'équitation, de la fauconnerie et de la natation. Les chevaliers possédaient également le don de la versification, jouaient aux échecs et possédaient toutes les règles de l'étiquette à la cour.

Dès son plus jeune âge, le garçon a évoqué des qualités telles que le courage, la vaillance, l'attitude galante envers les dames. Les jeunes hommes étaient également passionnés par la musique, la poésie, la danse et la religion.

Service de page

Avant de devenir un chevalier, le garçon devait passer par plusieurs étapes de service auprès du maître. Au début, il est devenu une page. Habituellement, l'enfant était transféré chez le saint patron à l'âge de 7-8 ans et il y resta jusqu'à 14 ans.

Les nobles seigneurs féodaux jouaient le rôle de gentilshommes, certains nobles ayant même réussi à organiser un enfant avec une page du roi. Pour devenir pratiquement un serviteur avec un patron né haut, les garçons devaient avoir un bon pedigree, où au moins 4 générations de la noblesse paternelle devaient être indiquées.

Les pages vivaient sur le soutien total du maître, qui était également responsable de l'éducation du garçon.

Les tâches de la page comprenaient:

  1. Devoir sous le seigneur.
  2. L'accompagnant à divers événements sociaux.
  3. Présence auprès du seigneur lors des campagnes militaires.
  4. La fourniture de divers services d’importance particulière, notamment personnels et secrets.

Après avoir atteint 14 ans, le jeune homme a quitté cette étape de préparation, l'action était accompagnée d'une magnifique cérémonie. Puis il est devenu un écuyer. La prochaine étape a commencé.

Écuyer

Il est temps de grandir. La deuxième étape de l'éducation chevaleresque consistait à servir d'écuyer à son maître. Cette période a débuté à l’âge de 14 ans et a duré jusqu’à 21 ans. Au Moyen Âge, à partir de cet âge, un jeune homme était considéré comme un adulte. Les porteurs de harnais royaux sont dans cette position depuis toujours.

Seul un jeune homme de noble origine pouvait également devenir un écuyer. Dans de rares cas, un roturier pourrait consacrer ce titre. Les citoyens de famille noble étaient également des sergents squires dirigés par des messieurs. Ce poste leur a été confié jusqu'à la fin de sa vie.

Le squire a servi son suzerain en tout. Il était avec lui à la cour, dans les tournois et sur le champ de bataille. Le jeune serviteur surveillait l'état de l'arme, de l'armure et du cheval de son patron. Pendant la bataille, l'écuyer a donné des armes au maître et s'est également battu à ses côtés.

Le jeune homme était pleinement soutenu par son suzerain, ce dernier était obligé de lui apprendre les affaires militaires et tous les aspects de l'éducation chevaleresque.

Il y avait une autre façon de devenir chevalier au Moyen Âge. Pas beaucoup ont réussi. Si, au combat, un jeune homme triomphait d'un chevalier, il était ordonné à la succession désirée sur le champ de bataille, car dans ce cas, il couvrait son nom de gloire.

Suivant en ligne est l'entrée dans la succession des guerriers. Le jeune homme lui-même pouvait chevalier le jeune homme, un autre seigneur féodal ou le roi. Quel âge un écuyer peut-il devenir chevalier? Le plus souvent, cet événement a eu lieu lorsqu'un jeune homme a atteint l'âge de 21 ans, mais c'était déjà arrivé s'il méritait un dévouement exceptionnel.

Pour le rite d’initiation, une préparation était nécessaire et la procédure elle-même était magnifique et festive.

C'est le nom de la cérémonie d'entrée d'un écuyer dans l'ordre des chevaliers. Initialement, l'initiation était mystique. Avant de devenir chevalier, un jeune homme devait se laver, mettre une chemise blanche, un manteau écarlate et des éperons dorés. Il était entouré d'armes par un gentilhomme ou par l'un des anciens de l'ordre, il a également donné une gifle à l'initié avec des instructions verbales. Dans la vie d'un chevalier, cette grève des palmiers devait être la seule qu'il laisserait sans réponse. Il y avait aussi une variation d'initiation, quand au lieu d'encercler le maître, le jeune homme frappa le jeune homme avec le côté plat de l'épée, d'abord à l'épaule droite, puis à la gauche.

Comment êtes-vous devenu chevalier au Moyen Âge, s'il y avait une guerre et qu'il n'y avait pas de temps pour la préparation? Le jeune homme qui s’est distingué au combat a reçu un titre au milieu du terrain après la bataille. Cela a été fait par son suzerain ou autre noble seigneur féodal. Un écuyer a été frappé à plat sur les épaules et a récité une brève prière.

Rite de consécration de l'église

Plus tard, le rite d'initiation a commencé à avoir une connotation religieuse. Un jeune homme vêtu de blanc a prié à l'église toute la nuit. Le lendemain matin, il devait supporter la liturgie, ainsi que confesser et participer à son confesseur.

Il a posé ses armes sur l'autel, il a également été béni par le clergé. Après cette procédure, le mentor spirituel a remis l'épée à l'initié ou l'a ceinte. Le chevalier a juré de défendre sa foi, d'aider les faibles et les démunis, de garder son honneur. Lorsque la cérémonie d'initiation a été menée par l'église, il était entendu que le jeune homme deviendrait un chevalier de la foi et le protégerait avec zèle. Habituellement, ils essayaient de marquer la cérémonie pour une fête religieuse ou un autre événement important.

Que fallait-il faire pour devenir chevalier après la fin de l'initiation de l'église? Cela a été suivi par l'étape laïque de la cérémonie. Le nouveau chevalier devait prouver sa force, sa dextérité et sa précision. Il sauta sur la selle, ne touchant pas l'étrier avec ses mains, et galopa, frappant un épouvantail avec une lance.

Quand le jeune homme réussit toutes les épreuves, le suzerain organisa un grand festin en l'honneur de son chevalier converti, qui dura plusieurs jours. Habituellement, ces lourds frais étaient remboursés au maître par son vassal, père de l'initié de la jeunesse.

Symboles et accessoires

Une fois que les jeunes sont devenus chevaliers, ils ont reçu leur emblème individuel s’ils étaient les premiers de leur famille à rejoindre l’ordre. Le signe décrivait généralement divers animaux et symboles qui d’une certaine manière étaient associés au genre de la jeunesse. Les couleurs d’or, d’argent, de rouge, de vert et de noir les plus utilisées. L'emblème a été laissé seul à vie et a été hérité.

Parfois, le protecteur du chevalier permettait d’utiliser ses armoiries ou d’y ajouter de nouveaux symboles. Cela a été fait lorsque le héros a été distingué par un exploit spécial dans la bataille.

Chaque chevalier avait aussi sa propre devise, il était placé sur le blason et révélait l'essence de l'image. Dans la plupart des cas, pour les soldats, cette phrase a également été utilisée comme un cri de guerre.

KO

En plus de la possibilité de devenir chevalier, il y avait aussi la possibilité d'être expulsé de l'ordre, faisant honte à votre nom et à l'ensemble du clan. Si une personne enfreint le code chevalier ou se comporte d'une manière qui ne convient pas à son titre, la procédure inverse lui est appliquée.

La cérémonie a été accompagnée par le chant des psaumes funéraires. En plaçant son bouclier avec le blason sur l'échafaud, le chevalier lui-même enlevait alternativement des parties d'armes et de vêtements. Après que l'homme ait été déshabillé et vêtu d'une longue chemise, le bouclier a été brisé en trois parties. L'ancien guerrier a été abaissé du gibet, enfilant une boucle de corde sous ses aisselles, après quoi, sous les railleries, les foules ont été conduites à l'église. Un service funèbre a eu lieu là-bas.

Si son crime était grave, sa peine serait la peine capitale. Après la messe, l'exil a été donné au bourreau. Dans un cas moins grave, le chevalier a été dépouillé de tous les rangs, récompenses, terres et son nom et tous ses descendants étaient couverts de honte. D'une certaine manière, la mort était une punition plus douce, car le chevalier miséricordieux et miséricordieux était obligé de vivre dans la pauvreté et le mépris jusqu'à la fin de sa vie.

Comment êtes-vous devenu chevalier au Moyen Âge? Il fallait faire un long chemin de préparation et avoir un rang noble. Mais tout cela ne signifiait pas que l'homme posséderait les vertus morales nécessaires. Quelle que soit l’idéal de la chevalerie, il existe souvent parmi les membres de la succession des personnes avides et cruelles qui ne dédaignent pas le vol et les meurtres.